Barbarians of Lémuria La Cie du Gras Jambon

la Soirée de l’ambassadeur /ép.01

par Anathème

A la veille de la soirée à l’ambassade de Satarlat, en plein après-midi de chasse en compagnie de Billy, jeune porte étendard du Gras Jambon, Anathème reçut le message tant attendu. Une flèche, sortie de nul part, siffla à son oreille et vint se figer droit dans l’arbre au pied duquel, Billy lui apprenait l’art du collet.
La Guilde des Assassins n’avait pas faillit à sa parole et lui avait fait parvenir les plans du bâtiment ainsi que celui des égouts adjacents.

Le plan…

Anathème avait pour dessein de jouer la carte de la séduction pour mener à bien sa mission, assassiner le sénateur Hanton, lors de la soirée.
Hanton étant un mage, et pas de pacotille, l’assaut frontal serait vain et à coup sûr, voué à l’échec.
Elle décida donc d’aller demander conseil auprès du mage de la joyeuse troupe, Lormir… ce qui ne fut pas des plus concluant… Lormir ayant pour seule réponse à chacune de ses questions : « ce n’est pas mon domaine de prédilection. » Par agacement ou par dépit, nul ne le sait, Lormir finit enfin par tout de même consentir à lui jeter un sort de séduction afin d’embellir la jeune femme pour la soirée. Laissant la gente masculine juger de l’utilité, ou pas, du subterfuge. Et lui suggéra vivement d’aller voir Parodon, l’apothicaire.
Auprès duquel, Anathème s’enquit d’un philtre d’amour, un autre de protection contre la magie et de quelques froufrous pour parfaire son plan. Séduire Hanton, l’isoler et le tuer tout en charme et en discrétion et non avec la poésie du char allemand suggérée par le reste de la compagnie. (Je vous laisse imaginer les diverses utilisations envisagées pour le philtre d’amour !)

… et c’est là que ça dérape !

Son plan lui paraissait bien ficelé, du moins c’est ce qu’Anathème croyait ! Pauvre enfant ! C’était sans compter sur l’intervention divine du Gégéarine tout droit sorti de transe… Gégéne lui serait apparu et mit en garde contre l’orbe cachée dans la tour du mage ! Ajoutez à cela, le cadavre d’un noble retrouvé égorgé, un peu plus tôt dans la journée, avec des runes de magie noire gravées sur la peau. Et ni une, ni deux ! Anathème se retrouva à jouer les monte-en-l’air, escaladant la tour du mage à l’aide d’un grappin, accompagné de Billy pour seul guet. Envoyer un assassin abhorrant la sorcellerie, seul, à l’assaut d’une tour de mage… En voilà une idée brillante ! La suite prouva que non.


La tour du mage…

Arrivée en haut de la tour, Anathème entra par l’unique fenêtre.
Elle donnait sur une bibliothèque, dans laquelle se tenait un vieux mage, occupé à étudier un grimoire, tout aussi vieux que lui.
Avec l’agilité d’un chat, Anathème se percha en haut des étagères pour étudier la scène. Elle décocha alors une aiguille soporifique droit dans la nuque du mage. Celui-ci s’écroula inerte sur le sol. Anathème bondit et l’égorgea d’un coup net et précis. Se méfier des mages, attaquer avant qu’ils n’agissent, c’est ce qu’on lui avait appris et c’est ce qu’elle fit; sans l’ombre d’un remord.
La tour paraissait vide, le silence… , Anathème se mit donc en quête de l’orbe maléfique. A l’étage supérieur, elle tomba nez-à-nez avec une porte en pierre gravée de symboles magiques et barrée par d’épaisses chaînes d’où émanait une lumière violette. Après avoir inspecté les murs, inspirée, Anathème tenta de frapper à la porte. Une violente décharge la projeta en arrière comme un vulgaire fétu de paille ! Sonnée et mal en point, elle retourna à la bibliothèque. D’où, à l’aide d’une sarbacane improvisée, elle envoya un message à Billy qui était resté en bas, lui demandant d’aller chercher l’aide du mage Lormir, au grand désespoir d’Anathème.

Porté pâle… (ou l’é pas mort i’dort)

Voyant Billy arriver au camp à toutes jambes et hors d’haleine, Caracole inquiet lui demanda ce qui se passait. Billy lui tendit le message et s’empressa d’aller chercher Lormir. Tous gagnèrent alors la tour…
Atterrés par la tournure qu’avaient pris les événements et après moult reproches, chacun quand mit du sien pour tenter de rattraper le désastre, qui soit dit en passant, n’en était pas un aux yeux d’Anathème. Un bon mage étant un mage mort !
Gégéarine tenta la force brute ! Murs, sols, plafonds, tout y passa, sans succès ! Arkturus occupa les gardes qui patrouillaient en ville à l’occasion de la soirée prévue le lendemain, en enquêtant sur un second meurtre. Tandis que Caracole, barde et médecin, s’occupait de camoufler la mort du mage Géomir, en prétextant une maladie extrêmement virulente, la caracolite galopante. Pendant que Lormir proférait des incantations, tentant de lever le sort qui barricadait toujours la porte et les empêchait d’atteindre l’orbe. Tant et si bien, que l’heure de la soirée ne se fit pas attendre et arriva à grands pas…


La soirée de l’ambassadeur

C’est donc affublée de ses plus beaux atours que la Compagnie du Gras Jambon se présenta à l’Ambassade de Satarlat. Anathème en courtisane se pavanait au bras de Caracole, invité la veille par la soeur d’Hanton, après une opération séduction dont seuls les bardes ont le secret. Gégéarine et Arkturus, eux se présentèrent comme mercenaires, nouvellement employés par la ville. La soirée servant de prétexte pour élaborer la stratégie à adopter pour combattre l’ennemi, tous les hauts dignitaires étant présents.
Après le repas, ils daignèrent enfin se mêler aux invités. Caracole pu alors introduire Anathème auprès d’Hanton et de Valak, futur ennemi juré de la Compagnie et faire les présentations. Discussion allant, notre barde eut le pressentiment que quelque chose n’allait pas. Hanton se montrait particulièrement jovial et bavard, contrairement à la veille, même si le vin faisait son oeuvre, cela n’était pas normal. Il fit donc part de ses soupçons à Anathème. Elle décida tout de même de mettre son plan à exécution. Et quelques sourires charmeurs plus tard, elle invita le sénateur à prendre l’air dans les jardins… Au moment, où celui-ci s’écroula sur le sol, le charme se rompit. Un manant gisait là, face contre terre à la place d’Hanton. Maudits soient les mages et leur sorcellerie !
Pendant ce temps dans les buissons, délestés de leurs armes à l’entrée, Gégéarine et Arkturus avaient maille à partir avec Valak, incrédule face à cette attaque qu’il ne comprenait pas. Brillant épéiste, Valak ne se laissa pas vaincre facilement, surtout que nos deux compères se battaient à coup de broches à rôtir, habilement soudoyées au Maître queue, nouvel adepte de Gégéne et futur marmiton de la troupe ! Alors que le combat faisait encore rage entre les trois protagonistes, une violente explosion retentit au sommet de la tour du mage. Anathème et Caracole se précipitèrent les premiers.


Là que ça pique !

Anathème entreprit d’escalader la tour tandis que Caracole passait par l’entrée afin de prendre le sorcier à revers. La bibliothèque était dévastée, il ne restait plus rien ! D’un coup d’oeil rapide, Anathème s’assura que Billy reste caché parmi les débris.
Tandis que Lormir et Hanton se livraient un combat sans merci, elle tenta de trouver le meilleur angle de tir pour pouvoir atteindre Hanton à la base de la nuque, ne jamais affronter un mage en face à face, se répétait-elle, mais en vain.
Lormir se défendait avec ardeur. Tout à coup, un éclair jaillit d’Hanton et fendit notre pauvre mage en deux ! Pchut ! d’un coup sec ! fendu par le milieu ! C’est alors que Caracole fit son entrée, brandissant une arme d’apparat qu’il avait trouvée en chemin, haranguant le sorcier afin d’en découdre ! (Nous lui avions suggéré d’autres noms d’oiseaux ou le fait d’évoquer la soirée en compagnie de sa soeur mais un barde se doit de rester digne en toutes circonstances envers la gente féminine, son gagne pain.) Celui-ci lui décocha une décharge qui foudroya Caracole et le projeta violemment contre le mur de pierres. Dans un dernier élan désespéré, Caracole lui lança une fiole d’acide au visage avant de s’effondrer.
Quand tout à coup ! coup du destin ou intervention divine, nous ne le saurons jamais, le sol se déroba sous les pieds d’Hanton, le plafond venait de céder dans un fracas assourdissant ! Gégéarine et Arthurius qui en avaient fini avec Valak et qui se trouvaient alors au premier étage de la tour, se ruèrent sur lui et l’assénèrent de coups, chacun à leur tour, sans lui laisser le moindre répit ! Aux portes du trépas, Hanton trouva la force de se téléporter jusqu’à la porte gardienne qui avait depuis cédée aux assauts magiques. Dans un dernier souffle, il s’empara de l’orbe…


Rien ne se perd, tout se recycle !

Une lumière aveuglante envahit soudain la pièce, irradiant de violet, projetant des nimbes malsaines et putrides à vous glacer les os.
L’orbe aspira le corps du sorcier et emprisonna son âme.
Vint le silence… Puis, le trou noir ! La tour venait d’exploser !
La Compagnie éparpillée aux quatre vents ! Abasourdis, ils virent une liche en plein ciel brandissant l’orbe encore étincelante. C’est alors qu’un rai de magie s’empara du corps de Valak… Revenu d’entre les morts…

La Compagnie avait cru vaincre le destin en tuant Valak … ; la Mort, elle, lui en voyait un tout autre…

Note d’Anathème : Trois mages morts en une journée, c’est une p… de belle journée !





épisode 02 >> le Gras Jambon s’en va en guerre…



Note : La plupart des images ont été trouvées sur Pinterest. Nous remercions chaleureusement tous les contributeurs pour leur talent et espérons que cela aidera à leur diffusion et à leur reconnaissance, ce site n'ayant aucune vocation lucrative.

Un autre pour la route ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *