le Monde de Warhammer 40K Rogue Trader

Les mondes de l’Imperium

Il y a un million de mondes dans l’Imperium, chacun d’entre eux est habité par des humains ou abhumains tel que les hommes-bêtes et les squats. L’administration impériale peut choisir de considérer ces mutants comme des humains ou non. Dans tous les cas, ils sont citoyens de l’Imperium – bien que la citoyenneté ne confère aucun droit, mais uniquement des devoirs.
Les mondes de l’Imperium sont éparpillés à travers la galaxie ; ils ne sont pas confinés sur une aire ou un territoire spécifique. Les distances à parcourir sont vastes, et nombre de mondes humains demeurent inaccessibles, soit ils sont restés isolés à cause des tempêtes Warp, soit leur gouvernement est apathique. Pour ces raisons, l’Imperium inclut en son sein une grande variété de cultures et de niveaux technologiques. Les gouverneurs planétaires et autres commandeurs impériaux maintiennent un haut degré de technologie personnelle, mais les mondes qu’ils gouvernent peuvent être habités par des sauvages primitifs, couverts de mutants ou de créatures autochtones.


Les mondes agricoles

Les mondes agricoles ne sont rien de plus que des fermes à l’échelle d’une planète sur laquelle une grande part de la surface est dédiée à la production de nourriture pour des mondes moins fertiles.
En général, leur population y est clairsemée. Le commandant impérial d’une telle planète a, en plus, la responsabilité de protéger ses moissons et de remplir ses quotas. Les rivalités entre commandants aboutissent souvent en tentatives de destruction ou de vol des récoltes ou de la viande, mises sur le compte de pirates ou de bandits. De telles rivalités ne concernent pas l’Adeptus Terra, qui demande seulement à ce que les quotas soient remplis et les conflits contenus.

Les mondes civilisés

Les mondes civilisés sont les plus communs. La population vit dans des centres urbains approvisionnés par les ressources de la planète elle-même et son agriculture. Ces mondes sont autosuffisants, et sont peuplés sans excès. La base technologique et sociale varie de monde en monde, bien que l’accès à une technologie pleinement développée soit souvent possible. Bien que ces planètes soient civilisées – dans le cas où leurs habitants résident dans des villes –
les humains qui les habitent sont aussi aveuglés par la superstition, le mysticisme et la barbarie que les autres citoyens de l’Imperium. Dans ces villes, les citadins sophistiqués prient les mêmes dieux et incantent les mêmes rituels que les paysans lourdauds des villages isolés. Pour les guerriers urbains et les barbares technologiques, rationalité et science sont aussi abhorrées que dans les communautés fermières les plus reculées.

Les mondes hostiles

Les mondes hostiles sont des planètes sur lesquelles la faune et la flore ont évolué en formes de vie agressives. Ces écosystèmes sont en équilibre entre destruction continue et reproduction-éclair. Les humains peuvent, et doivent, vivre sur ces mondes, mais c’est une lutte sans fin. Sur plusieurs mondes hostiles, c’est la bio-masse toute entière qui est liguée contre la colonisation humaine, concentrant des forces contre les intrus pour les détruire. Les mondes hostiles ne sont généralement pas habités sans une bonne raison, comme une richesse minérale importante.

Les mondes sauvages

Les mondes sauvages sont des mondes retombés dans la sauvagerie, que ce soit dû à de la négligence, à un écosystème inadapté ou à une longue isolation. Les groupes humains errent à la surface comme chasseurs, utilisant des armes et des outils primitifs, ces peuples ont un point de vue sur la vie brutal et barbare qui en fait des recrues idéales pour les Legiones Astartes. Les commandants impériaux de ces mondes ont tendance à vivre comme des « dieux » isolés, peut-être dans la seule ville civilisée habitée par des gens extérieurs, bien souvent des militaires et leurs familles. Hormis le recrutement pour les Space Marines et la surveillance des psykers émergents, le commandant laissera généralement ses sujets seuls.

Les mondes-ruches

Les mondes-ruches se distinguent par de vastes villescontinents, souvent construites jusqu’au ciel et profondément ancrées dans le sol. Leur population est énorme, et bien souvent la nourriture doit être importée. Un monde ruche rendu temporairement inaccessible par le Warp souffrira d’une famine dévastatrice en un très court laps de temps. Il deviendra une vaste catacombe de fous conduits aux excès, à l’anarchie et à la sauvagerie urbaine par la famine et la claustrophobie. Les mondes ruches sont dangereux, car trop vastes pour être sécurisés, et leurs citoyens sont très souvent dérangés si ce n’est pas carrément fous. Il est connu que l’Adeptus Arbites choisit ces mondes pour amener leurs populations à la docilité.

Les mondes industriels

Les mondes industriels sont dédiés aux processus industriels tels que l’usinage et l’exploitation minière. Ils sont habités
uniquement de manière éparse, la majorité des travaux étant effectués par des machines et des robots. La plupart des mondes industriels ont été développés pour la seule exploitation minière, et une planète doit être extrêmement riche en minéraux pour justifier cet effort.
Normalement, la fabrication des biens se fait sur des mondes habités, à cause du coût et des risques considérables qu’implique un voyage interstellaire.

Les mondes médiévaux

Les mondes médiévaux sont des planètes sur lesquelles un niveau technologique médiéval a été atteint, et la culture stabilisée. Les commandants de pareils mondes restent souvent éloignés de leurs sujets et peuvent même rester à distance dans des stations orbitales ou sur une lune voisine. Les mondes médiévaux sont autosuffisants, mais sont de peu d’utilité pour l’Imperium. Leur véritable position au sein de l’univers peut constituer un choc culturel pour leurs habitants, un facteur qui en fait de piètres recrues pour le service impérial, bien qu’un recrutement sélectif chez les Space Marines puisse exister. Le contrôle des psykers doit être maintenu, cela peut être possible d’une façon clandestine, par l’infiltration des corps religieux et sociaux ou de manière flagrante par le kidnapping et l’assassinat.

Les mondes paradisiaques

Les mondes paradisiaques sont des mondes d’abondance et d’une beauté naturelle exceptionnelle. Plutôt que de développer toutes ces planètes, certaines sont maintenues dans leur état naturel et utilisées comme bases récréatives pour les serviteurs impériaux. Sur de telles planètes, les guerriers peuvent entraîner leurs corps et leurs esprits à la guerre étudiant les arcanes de la philosophie de la guerre et pratiquant des arts martiaux.

Les stations de recherche

Les stations de recherche sont habitées depuis peu, et sont souvent des planètes nouvellement accessibles en cours d’évaluation pour un développement et une colonisation complète. A cet effet, ces mondes deviennent des stations de recherche, de petits centres agricoles, des lieux de colonisation expérimentale, des zones de tests miniers, etc. La plupart sont uniquement désertiques – la planète entière attendant d’être explorée.


Source : http://roguetrader.free.fr/Rogue_Trader_Book3_v1.1.pdf

Un autre pour la route ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *