Barbarians of Lémuria La Cie du Gras Jambon

le Gras Jambon s’en va en guerre… /ép.02

épisode 01 >> la Soirée de l’ambassadeur


Résumé précédent : Après avoir tenté de récupérer l’orbe dans la tour du mage de Satarlat et s’être âprement battus contre Hanton, la Compagnie est éparpillée aux quatre vents aux milieu des gravats et complètement sonnée, suite à la violente explosion de la tour…


Dans les geôles putrides de Satarlat…

Complètement éberlués, nos héros reprirent tout doucement leurs esprits… accueillis par le fer des lances des gardes qui les encerclaient. La Compagnie fut alors conduite, sans ménagement dans les geôles putrides de Satarlat.
Gégéarine, en bon élu du Dieu Gégéne, avait atterri dans un chaudron ! Et son généreux séant était resté coincé ! Si bien qu’il fut emmené affublé de cet improbable trône qui, ma foi, lui plaisait fort bien ! Seul Arkturus avait réussi à échapper à cette arrestation plus qu’arbitraire, en fuyant par les égouts de la ville.

Tandis que ses Compagnons, croupissaient dans la fange nauséabonde (sauf Gégéarine, qui lui avait le cul bien au sec toujours coincé dans son trône de bonne fortune), enfermés derrières des barreaux épais comme des troncs d’arbres, et vociféraient contre l’ingratitude de la noblesse du coin, sauvée de justesse, au péril de leurs vies contre l’infâme mage Hanton ; Arkturus sauvé par Edwin Vancleef fut mené devant « le Voyant ». Un homme bedonnant à la mine patibulaire, seigneur de la Cour des Miracles qui lui proposa de négocier la libération de la Compagnie, en échange de l’aide armée de ses mercenaires, dans le conflit qui opposait la cité à celle de Tyrus. Ce qu’Arkturus accepta.


La Cour des Miracles…

Pendant ce temps, Anathème avait été emmenée par l’inquisiteur, un homme malingre, plus putride que ses geôles, en salle de torture en vue d’un interrogatoire des plus … « charmants » ! Un plaisir sadique non dissimulé rougissait son visage suintant et son teint de cire. Au moment, où celui-ci s’apprêtait à besogner avidement, la porte s’ouvrit avec fracas et ses compagnons firent irruption dans la pièce, accompagnés d’un homme richement vêtu. L’homme libéra Anathème des ses entraves et emprunt d’élégance, l’invita à se lever afin de les suivre ; non sans avoir mouché au passage, l’inquisiteur ivre de rage ! L’inconnu les conduisit à travers un dédale de rues en direction de la Cour des Miracles… Le Voyant avait respecté sa part du marché en les faisant libérer, à eux maintenant de respecter la leur.
Anathème qui durant son enfance avait voyagé de Cours en Cours, connaissait bien son fonctionnement et ne manqua pas de glisser à l’oreille de son Seigneur quelques mots au sujet des recherches qui nourrissaient sa vengeance, sans oublier de laisser en partant une bourse d’or bien pleine, nonchalamment sur le bord de la table…

Nos Compagnons prient donc, comme convenu, la direction de la caserne afin de signer leur engagement auprès de l’armée de Satarlat et regagnèrent leur campement…


De retour au camp…

Inquiets pour le jeune Billy, fier porte-étendard de la troupe, grièvement blessé lors du combat contre l’Arch-Liche, Anathème et Caracole se rendirent à son chevet afin de s’enquérir de son état. Quelle ne fût pas la surprise d’Anathème lorsqu’elle vît Lormir penché au dessus du lit ! Son sang ne fit qu’un tour ! Elle se jeta sur lui, lui assénant une violente droite ! Mage de l’illusion, Lormir parti en fumée… Laissant Anathème, seule avec sa rage. – « Couard ! Encore une fois, tu fuis devant l’ennemi ! Tu ne l’emporteras pas au paradis ! » – (Ne jamais faire confiance à un mage…)

Le lendemain matin, la Compagnie du Gras jambon se mettait en route aux côtés des troupes de Satarlat vers la ville de Tyrus…

Un autre pour la route ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *