Barbarians of Lémuria Héros

Erik Hordsson, voleur

Biographie :

Erik Hordsson est né dans une ferme, dans un village en Valgard dont il avait oublié le nom. Le seul souvenir dont se rappelait Erick de sa vie d’avant, était le prénom de ses parents, Hylda et Grimwald.
Vers l’âge de 6 ans, il fut capturé par des bandits qui après avoir mis la ferme à sac et tuer ses parents, l’emmenèrent loin de chez lui pour le vendre au plus offrant. Erik se fit acheter par un noble de Shamballah appelé Alphonse de Tolède, un vieux noble qui avait bâti sa fortune sur le travail et le malheur des autres. Nommé « affectueusement » « l’autre » par Erik, car en bon esclave, il n’avait pas le droit de prononcer son nom, traité comme un chien par les gardes. Puis, jusqu’à ses 16 ans, il passa de nobles en nobles au grés des reventes comme du vulgaire bétail.
Jusqu’au jour où par « miracle », il revint chez son premier employeur…

La révolte grondait… et finit par éclater ! Erik en profita pour se libérer de ses chaînes et tuer ses gardes. Il attrapa leurs armes et réussit à s’enfuir de la plantation. mais avant il parvint à entrer dans la demeure du propriétaire avec la ferme intention de le tuer afin de laisser le champ libre aux autres esclaves. Malheureusement, il se fit repérer avant de pouvoir mettre son plan à exécution et il dut s’enfuir à toutes jambes non sans avoir emporté au passage les armes de famille du propriétaire du domaine. Deux belles lames jumelles qu’il nomma Miséricorde et Piété.

Une prime ayant été mise sur sa tête, Erik erra à travers les contrées, vivant comme un mendiant parfois et
comme un voleur la plupart du temps, ne volant que ceux qui avaient bien mal acquis leurs richesses et essayant d’aider les plus malheureux, se jurant que plus personne ne vivrait ce que lui avait enduré,

Mais Erik restait obsédé par son échec, il devait retourner coûte que coûte chez Alphonse de Tolède pour enfin le tuer et ainsi libérer tous les esclaves qu’il possédait encore… La vengeance serait enfin sienne…

Un autre pour la route ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *